Cosmétiques : les mentions « sans » vont être interdites

cosmétiques - mentions sans parabènes - sans parabènes - parabènes

Dans les grandes surfaces, notre regard s’est déjà posé sur les mentions « sans parabènes », « sans sulfates » ou encore « sans silicones ». De simples mots qui peuvent vous pousser à la consommation en deux secondes. Le 1er juillet 2019, ces allégations sur les cosmétiques seront dorénavant interdites et disparaîtront de tous les packagings. On vous explique. 

Problème de transparence et de concurrence

Depuis que les mentions « sans parabènes » sont placées sur les produits de cosmétiques, les consommateurs achètent en espérant que cela est mieux. Derrière ce « sans », il se cache bien des choses. En effet, il n’exclut en rien la présence d’autres conservateurs potentiellement irritants et allergisants pour l’organisme. De ce fait, c’est très simple de tomber dans le panneau.

Selon l’ARPP (Autorité de la Régulation Professionnelles de la Publicité), les allégations « sans » dénigreraient les autres produits de beauté qui en contiennent. Elle précise encore plus loin : « les messages ne doivent pas être construits sur des arguments dénigrants visant un ou des produit(s) concurrent(s) ». Le 1er juillet 2019, toutes ces mentions seront remplacées par « avec » tel ingrédient et « avec » tel actif. Le but de ce changement ? Valoriser les produits cosmétiques.

Sincérité envers les consommateurs

Énormément de grandes marques cosmétiques utilisent le greenwashing ou encore ces mentions « sans parabènes », « sans sulfates », et tutti quanti, pour paraître plus écologiques ou responsables. Avec cette nouvelle législation, ils ne pourront plus vous manipuler ! « Le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que des couleurs qui pourraient y être associées, ne doit pas suggérer des vertus écologiques que le produit ne posséderait pas« , indique l’ARPP sur le document.

Même les cosmétiques naturels et biologiques seront réglementés. En réalité, pour qu’un produit se dise naturel son contenu doit posséder minimum 95 % d’ingrédients naturels. L’utilisation d’un signe ou d’un symbole dans la publicité ne doit pas prêter à confusion avec des labels officiels ! Enfin une bonne nouvelle pour ne plus se faire berner avec les « faux » labels. Malgré tout le chemin vers la transparence et la sincérité à 100% est encore long.

This Green se veut sincère et authentique envers ses consommateurs. C’est pourquoi, sur chacun de nos produits, vous pouvez retrouver l’analyse complète du site « la vérité sur les cosmétiques ». Rendez-vous sur www.thisgreen.be

À lire de toute urgence :